topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

06/02/2011

Trouver des partenaires et un financement

L’argent, c’est le nerf de la guerre ». Tout ce qui y a trait est donc important. Et le budget prévisionnel est l’élément du dossier par lequel les interlocuteurs jugeront du sérieux, de la motivation et de la rigueur de la démarche.


Des étapes à respecter
1. Clarifier ses envies
Le nombre croissant d’initiatives en faveur du patrimoine rural ne doit pas cacher les réalités parfois éloignées des rêves de départ et les difficultés effectives sur le terrain. Il est donc impératif de se fixer des objectifs de départ, de clairement les identifier, de les évaluer et de dégager des priorités pour ne pas se tromper…
2. Diagnostiquer son environnement
L’état des lieux de son environnement (de ce qui entoure la création du projet) permet d’analyser son territoire, le patrimoine et de connaître le paysage des acteurs au niveau national ou local, et les actions déjà existantes. Faire un diagnostic du territoire permet ainsi d’adapter son projet pour qu’il se situe dans un environnement favorable à sa création.
3. Formaliser un premier projet
Une fois les objectifs clarifiés et les notions sur le patrimoine rural acquises il est utile de confronter le projet imaginé avec le projet qu’il est possible de réaliser (en fonction des moyens financiers, humains, des délais...). Mais pour cela, les contours d’un premier projet doivent être définis.
4. Trouver des partenaires et créer son réseau
Le réseau tissé avec les professionnels locaux et les habitants est un atout indéniable pour un projet et son avenir (vecteurs de communication et porteurs d'un avis). La présence de projets n’est donc pas à considérer de manière négative, car en plus, la concentration de projets (si elle n’est pas excessive) peut se révéler bénéfique pour l’attractivité du territoire.
Agir de manière collective peut aussi être un moyen de pallier ses propres manques. S’adjoindre les services d’une personne compétente peut être ainsi un gain dans le sérieux de l’activité mais aussi un gain de temps pour permettre la réalisation d’autres activités.
5. Elaborer un budget prévisionnel
« L’argent, c’est le nerf de la guerre ». Tout ce qui y a trait est donc important. Et le budget prévisionnel est l’élément du dossier par lequel les interlocuteurs jugeront du sérieux, de la motivation et de la rigueur de la démarche.
6. Planifier son action
Maintenant que la dimension et le contenu du projet sont à peu près clarifiés, une « feuille de route » est nécessaire pour organiser, dans le temps, les moyens, les activités et les tâches à mettre en place pour aboutir à la réalisation du projet. Le plan d'action est ainsi le tableau de bord du projet : il est bâti sur mesure, par étape, en fonction de ses objectifs, de ses moyens d'action et de ses contraintes.
7. Réaliser son projet
Et maintenant, la pratique ! Plusieurs aspects sont à cibler : juridiques, financiers, les partenariats. Il s'agit aussi d'ores et déjà d'anticiper sur les évolutions du projet et de son environnement.
8. Communiquer
Un projet créé pour les seuls créateurs n’est pas un projet viable : il est nécessaire d’élargir le cercle des personnes qui connaissent le projet pour le rendre viable. Et à l’inverse, un projet connu mais qui n’a pas de contenu n’est pas viable non plus : les personnes viennent une seule fois. Savoir-faire et faire savoir sont donc indissociables.
9. Evaluer, suivre et rendre compte
Pourquoi les objectifs ont été ou non atteints ? Qu’est-ce qui a conduit à ces résultats ? Qu’est-ce qui aurait pu être évité ? Le premier péché de jeunesse dans le montage de projet est souvent de ne voir QUE la conception et la réalisation du projet. L’évaluation du projet est ainsi régulièrement mise de côté. Pourtant, elle :
- rend compte des forces et des faiblesses du projet, des personnes impliquées dans ce projet ;
- permet de se remettre en cause et d’enrichir le projet : comprendre les erreurs, trouver les solutions, identifier les points clés du projet.
10. Et après ?
Deux cas de figure se présentent à cette étape :
- le projet n’est pas à la hauteur des attentes du porteur de projet, ou
- le projet est une réussite selon les critères du porteur de projet.
S'en suivent des décisions de réorientation ou bien de renforcement des actions.

Les commentaires sont fermés.